Violence en milieu scolaire : Le rectorat réagit.

"Le recteur d'académie s'est exprimé, mercredi, suite à la dernière agression signalée ce mardi dans un collège du Robert.

Selon certains témoins, les deux collégiens avaient commencé à se disputer la veille mais c’est mardi, après les cours vers 16h30 que la bagarre a vraiment éclaté. Plusieurs élèves se trouvent alors devant un snack près du collège de Pontaléry où ils ont leurs habitudes. Que se passe-t-il entre ces deux élèves ? C’est ce que les gendarmes du Robert cherchent à savoir. Ils entendaient toujours mardi soir l’agresseur présumé. Ce qui est certain, c’est que le plus jeune des deux qui n’a que 14 ans blesse le second à coups de ciseaux. Au moins un coup est porté au thorax, non loin du cœur. L’adolescent agé de 15 ans était d’ailleurs inconscient lorsque les secours sont arrivés sur place. Il a été évacué vers la MFME. De nombreux élèves témoins de la scène étaient en pleurs hier soir et certains parents ne cachent plus leur inquiétude face à la multiplication des incidents dans ce collège. Jeudi dernier, ce sont deux élèves du collège de Place d’Armes au Lamentin qui s’étaient battus à coups de ciseaux. 4 jours plus tôt, un lycéen du LEGTA de Croix-Rivail avait blessé un camarade avec un couteau.

compasLa mesure vient d'être prise : ciseaux, compas et toute autre fourniture scolaire, présentant un quelconque danger (cutters etc...) seront désormais interdits en Martinique dans les lycées et collèges.

Face à la vague de violence qui frappe ces établissements depuis quelques semaines, le recteur d'académie André Siganos, a demandé aux chefs d'établissements de se montrer extrêmement vigilants, et d'interdire l'utilisation et la possession de tels objets dans l'enceinte des collèges et lycées.
ciseaux
La moindre querelle entre élève devra par ailleurs, être prise très au sérieux par le personnel éducatif. Des mesures plus importantes devraient être communiquées dans les mois à venir, après avis du ministère de l'éducation nationale.

Rappelons que sur ces dix derniers jours trois jeunes ont été blessés par arme blanche à la sortie des cours. En septembre 2010, un lycéen du LEP de la Bâtelière était mortellement frappé par des jeunes du même âge."

(source DOMactu et RCI)

*********************************************

Je suis actuellement particulièrement sensible aux problèmes de violence à l'école, au collège et au lycée. Je déplore que cette violence soit de plus en plus omni-présente dans les établissements scolaires, et je trouve inadmissible qu'on ne puisse plus, de nous jours, suivre une scolarité normale sans être confronté, à un moment ou à un autre à cette violence. L'école devrait être un endroit où l'on peut travailler dans de bonnes conditions, sans avoir peur d'être agressé, insulté, maltraité. Or, aujourd'hui, lorsqu'on est à l'école, au collège ou au lycée, on n'est plus en sécurité, on n'est plus à l'abris....

Si nous avons décidé d'enlever Lilian du collège, c'est partiellement à cause de cette violence, et de la difficulté de Lilian à faire face à cette violence, vu son jeune âge et vue sa taille.

MAIS je me pose une question : Comment nos enfants vont-ils apprendre à tracer des cercles, des médiatrices, des bissectrices, sans compas? Comment vont-ils travailler sans ciseaux ? Doit-on supprimer la géométrie des programmes? Doit-on supprimer également les cours d'art plastique et de techno ???? 

Comment va-t-on s'assurer que les élèves n'ont pas, malgré tout, au fond de leur cartable, ces "armes blanches" ou autres couteaux, canifs, machettes, coupe-coupe, débrousailleuses, haches ou tronçonneuses (lol)?

A quand un détecteur de métaux, un SAS de sécurité et un scan des cartables à l'entrée des collèges et lycées, comme dans les aéroports?

A quand la présence policière dans les collèges et lycées? 

Monsieur le Recteur a certainement agit par "mesure de précaution" mais bon, n'est-il pas un peu excessif d'interdire à TOUS les élèves, l'usage et la détention de compas et de ciseaux dans leur cartable????????

Il faut surtout esayer de traiter le problème de fond, au lieu d'interdire ces objets... Ils ne font que déplacer le problème (et encore.....) quand vont-ils se poser les bonnes questions?????

Si ce n'était pas dramatiquement pathétique, ça pourrait faire sourire, tellement c'est absurde......

Où va-t-on ?