Le 8 avril 1830, un navire négrier anonyme chargé de 300 esclaves effectue des manœuvres dangereuses au large du Rocher du Diamant, face à la passe des fours. Vers 17 heures, il jette l’ancre dans les parages dangereux de l’anse Cafard.

François Dizac, habitant du quartier, se rend compte des dangers encourus par le navire.

La houle trop forte pour mettre un canot à la mer ne lui permet pas de prévenir le capitaine du navire du péril imminent.

A 23 heures, des cris et des craquements sinistres déchirent la nuit. Le navire s'est écrasé sur les falaises de l'Anse Cafard, entrainant dans les abysses sa cargaison humaine encore enchainée.

François de Dizac et un groupe d'esclave se rendent sur les lieux pour découvrir une vision d'horreur : le bateau s'est disloqué sur les rochers.

Le navire fut entièrement détruit. Le lendemain, 46 cadavres furent repêchés. Seuls 86 esclaves en ont réchappé ! Les corps des marins négriers furent inhumés au cimetière du Diamant et les noyés africains, à quelque distance du rivage.

Le plus révoltant est que ce bateau n’aurait jamais du appareiller la traite des esclaves étant interdite depuis 1815 par le traité de Vienne.

Laurent Valère, artiste martiniquais, rend hommage aux disparus de la traite des Noirs à travers un monument constitué de 15 statues de pierre.

Ces sculptures, très imposantes, mesurent chacune 2m50 et pèsent 4 tonnes.

Jour_6

(merci à Sylvie et à Cris pour leurs photos, car je n'avais malheureusement pas mon appareil photo avec moi)