Décidément, nous sommes vernis... Il y a 15 jours, nous faisions notre première plongée de nuit, la semaine dernière, n ous faisions notre première plongée sur une épave, et hier, nous voyions ENFIN notre premier Hippocampe !!!!  On l'avait déjà cherché plusieurs fois, sur le site où il se "cache" et cette fois ci a été la bonne, nous l'avons enfin vu. Pas facile de le distinguer, au milieu des coraux ......J'étais vraiment contente de voir ce petit animal si mignon et si extraordinaire....

252855_10150615200030162_358079845161_19169137_1938045_n

251600_10150615200315162_358079845161_19169148_2812942_n

249696_10150615201740162_358079845161_19169189_5505249_n

249736_10150615203010162_358079845161_19169230_3086718_n

Quant à son copain  (les hippocampes se déplacent toujours par deux), je ne l'ai pas vu (il se cachait bien, apparemment) mais les yeux exercés de notre "célèbre" moniteur-photographe, ne l'ont pas loupé !!!!  pfffffffff

hippo1  hippo2

Quelques détails sur les hippocampes (source dinosoria.com)

Les hippocampes sont des poissons à nageoires rayonnées de la famille des Syngnathidae. La couronne qui orne la tête permet de distinguer chaque individu comme le font nos empreintes digitales.

L’hippocampe n’a pas d’écailles mais une peau tendue sur des plaques osseuses. Il se propulse dans l’eau à l’aide de sa nageoire dorsale, les nageoires pectorales lui servant à se diriger.
Son nez aspire les minuscules crustacés, larves et plancton dont il se nourrit. La bouche est constituée par un tube plus ou moins long selon les espèces.

Comme le caméléon, ses yeux bougent indépendamment l’un de l’autre ce qui lui permet de mieux détecter ses proies.

Pour se fondre dans l’environnement, ils peuvent changer de couleur en quelques secondes mais également développer des vrilles semblables à celles des plantes.

Les hippocampes sont monogames et chaque matin, le couple effectue une danse rituelle. La femelle rejoint le mâle dans son territoire et ils se saluent par une profusion de couleurs éclatantes. Le couple se fixe par la queue à une herbe puis ils évoluent ensemble tout en tournant.

Après 3 jours de cours auprès de sa belle, on constate un changement de couleur qui annonce le début de l’acte de reproduction. Le couple remonte alors tout doucement vers la surface ventre contre ventre. C’est à ce moment là que la femelle transmet ses œufs dans la poche du mâle, appelée marsupium. Elle peut ainsi en transmettre jusqu'à environ 200.

Les œufs sont immédiatement fécondés. La poche incubatrice du mâle fonctionne comme l’utérus des mammifères : chaque embryon reçoit tous les soins possibles. Les mâles produisent de la prolactine pour nourrir les petits.

Cette fécondation du mâle dure environ deux à trois semaines. Lorsque les petits sont prêts à naître, le mâle se contorsionne pour les expulser. Cet effort peut durer des heures et même des jours. Les petits remontent ensuite à la surface pour respirer puis replongent.

Les mâles sont « enceintes » tout au long de la saison de reproduction. Les nouveau-nés mesurent une dizaine de millimètres ; ils ont déjà la forme adulte, mais leur corps reste transparent. À six ou huit mois ils auront atteint la maturité sexuelle.

Après avoir contemplé ce joli cheval des mers, notre petit "trinôme"  (Francis, Nadège et moi) sommes partis explorer le tombant . Nous y avons croisé de belles langoustes, un magnifique et sympathique Diodon, des bancs de gorettes et de beaux thazars. La flore ausi était magnifique ....

260518_10150615201295162_358079845161_19169175_2573969_n

253564_10150615199445162_358079845161_19169123_444760_n

259990_10150615201520162_358079845161_19169181_5133808_n

C'était ma 58ème plongée.....Toujours aussi magique !

Sous l'eau....j'oublie TOUT !!!!!