Ile Royale (suite)

Le phare

DSC_0608

Le lavoir

DSC_0609

Il faut imaginer que ce lavoir, qui est situé devant les grandes cellules, devait servir à environ 200 bagnards, qui avaient la possibilité d'y laver leur tenue de bagnards (rouge et blanc rayée) 1 fois par mois.....

Comme nous faisait remarquer très justement la guide : il vallait mieux être dans les premiers à laver son linge.... Car pour le 200ème, je n'ose même pas imaginer la couleur de l'eau..... Voilà une humiliation de plus qu'ils avaient à affronter.

(dès que la motivation sera revenue, promis, ce lavoir figurera sur mon blog des lavoirs-fontaines et puits)

L'auberge-hôtel

(on peut venir passer quelques jours ici, pour se reposer) c'est un ancien batiment administratif

DSC_0582

Vestiges de l'hôpital militaire

(les bagnards avaient un autre hôpital qui leur était réservé....beaucoup moins luxueux, bien entendu)

DSC_0581

Les cellules noires

Lorsque les baganrs ne se comportaient pas conformément au règlement, ils étaient punis et isolés dans des cellules complètement noires, sans ouverture, avec 30 minutes par jour de balade, afin d'éviter qu'ils deviennent aveugles et fous. souvent, les conditions étaient tellement dures et éprouvantes qu'ils devenaient fous. Ils se mettaient alors à hurler. our éviter qu'ils ne "contaminent les autres" par leur folie, ils étaient envoyés à l'autre bout de l'île dans l'asile d'aliénés, où ils finisaient par mourir de folie !!!!

DSC_0610

DSC_0611    DSC_0612

Un agouti

(il y en a plein, sur l'île, ainsi que des singes...mais nous n'avons pas vu de singes)

CSC_0659

Ile du diable

DSC_0586

Il est aujourd'hui interdit d'accoster sur cette île. Les courants entre les îles sont très fort et il est très dangereux d'approcher de l'île du diable. A l'époque du bagne, un filin (gros câble)  avait été construit entre l'île royale et l'île du diable. Ainsi, les gardiens qui devaient aller relayer ceux de l'île du diable utilisaient le filin (whawwwwwwwww une super tyrolienne......) C'était moins risqué que d'y aller par la mer.

C'est un gros rocher, qui après avoir servi de léproserie a été réservée aux détenus politiques, et est devenue célèbre pour avoir hébergé, entre autre,  le capitaine Dreyfus d'avril 1895 à juin 1899. (j'en parlerai dans un prochain article)

Demain, je vous emmènerai sur l'île saint Joseph, la troisième île des îles du Salut.