La Frégate « La Sérieuse »

I.

Qu'elle était belle, ma Frégate,
Lorsqu'elle voguait dans le vent !
Elle avait, au soleil levant,
Toutes les couleurs de l'agate ;
Ses voiles luisaient le matin
Comme des ballons de satin;
Sa quille mince, longue et plate,
Portait deux bandes d'écarlate ;
Sur vingt-quatre canons cachés,
Ses mâts, en arrière penchés,
Paraissaient à demi couchés.
Dix fois plus vive qu'un pirate,
En cent jours du Havre à Surate
Elle nous emporta souvent.
-- Qu'elle était belle, ma Frégate,
Lorsqu'elle voguait dans le vent !

Alfred de VIGNY, Strophe 1, Poèmes antiques et modernes (1837)

Lilian devait apprendre cette jolie poésie pour lundi.

Ca m'a donné l'occasion de la redécouvrir !!!

J'aime beaucoup

la_fr_gate