Géraldine Maillet : g_raldine

Mannequin de réputation internationale, elle choisit de se consacrer à l'écriture en 1999 avec le roman "Une rose à Manhattan". Largement inspirés par l'univers de la mode, ses romans suivants "presque top model" et "French Manucure"permettent à la chroniqueuse de l'émission " Ca balance à Paris" de se faire un nom dans le monde de la littérature.  Sorte de 'Sex and the City' à la française, son livre évoque avec un humour grinçant les thèmes de la féminité, de la sexualité ou encore de la maternité. En 2007, Géraldine Maillet fait ses premiers pas dans le cinéma en s'attelant à la réalisation d'un court métrage intitulé "un premier regard"

**********************************

J'ai été dans la même classe que Géraldine pendant 2 ans à Toulouse (en 6ème  et 5ème). Elle avait déjà beaucoup de charisme (c'était notre déléguée de classe). Et elle avait pour particularité d'être née un 29 février !!!!!! PAs courant, n'est ce pas !!!!  Lorsqu'elle a quitté Toulouse pour Paris, je l'ai perdu de vue. Elle a d'ailleurs coupé les ponts assez brusquement avec toutes ses copines....

Dès que j'ai su qu'elle avait écrit des livres, je me suis dépéchée d'en lire : tout d'abord "Prime time", puis "Acouphènes", et ensuite "Presque top model" et enfin "French manucure". Avant cela, elle en a écrit 3 autres que je n'ai pas lus. Je suis un peu "perplexe" quant à son style. Ses deux derniers livrs sont assez différents des deux premiers que j'ai lus. J'ai trouvé l'idée de "prime time" originale et intéressante, mais le style (phrases courtes, voire pas de phrases du tout...) ne m'a pas emballé. Le deuxième livre que j'ai lu d'elle "Acouphènes" m'a beaucoup plu. Il est autobiographique et il parle de sa mère devenue sourde alors que Géraldine n'avait que 11 ou 12 ans... J'ai trouvé ce livre intéressant et à la fois bouleversant, car on y ressent la souffrance de Géraldine face à cette maman "différente", cette maman dont elle a parfois honte. Dans le livre, je la trouve très dure et les propos qu'elle tient envers sa maman sont durs, eux aussi ! Dans ses deux derniers romans, elle replonge dans un univers beaucoup plus "futile" : le milieu de la mode. Elle en parle bien puisqu'elle a longtemps cotoyé ce monde, en tant que mannequin. J'aime bien. Mais la seule chose qui me dérange dans ces livres, c'est que ses personnages sont associés à une multitude de marques. (un peu comme dans "le diable s'habille en Prada") On n'a parfois pas l'impression de lire un livre, mais plutôt de feuilleter un catalogue publicitaire.....Bref, ces énumération des grandes marques me pèsent une peu, me fatiguent, et ne m'intéressent pas vraiment. C'est probablement un effet voulu. Ca a pour effet d'implifier la futilité du monde de la mode, certes, mais c'est pesant lors d'une lecture.

En fait, Géraldine est "notre" écrivain français de "chick lit" !   

La chick lit, quèsaco?

Petit rappel pour les profanes: c'est l'abréviation de chick literature, autrement dit «littérature de poulette», un filon éditorial révélé en 1996 par Sex and the City, compilation des chroniques drôles et féroces de la journaliste américaine Candace Bushnell, dans le New York Observer, sur les moeurs des branchées friquées de Manhattan - incarnées à la télévision, et aujourd'hui au cinéma, par le quatuor glamour que l'on sait. Un an plus tard, en 1997, la Britannique Helen Fielding donne la parole à une célibataire à peine trentenaire, complexée par ses kilos en trop, obsédée par sa solitude: son Journal de Bridget Jones connaîtra lui aussi un succès phénoménal. Ces deux livres ont ouvert la voie au Diable s'habille en Prada, à Blonde Attitude, Mariée à tout prix, etc., et toute une flopée de livres à l'eau de «rosse», qui ont définitivement encanaillé le traditionnel roman sentimental, prenant à la fois pour cible et pour modèle un public féminin entre 25 et 35 ans, donnant la parole à des héroïnes sans tabous, délurées, décidées. La chick lit s'est ainsi mise à l'heure d'un postféminisme bourré de paradoxes, entre fringale de fringues et de mecs, liberté chérie, obligation d'être au top tout le temps, mais aussi obsession de décrocher le gros lot conjugal.

Vous pouvez voir et entendre Géraldine faire la promo de son livre en cliquant ICI : elle était invité à l'émission "vol de nuit" sur TF1 aux côtés de Marc Levy, excusez du peu !!!!!!

Voici donc le résumé du dernier livre de Géraldine!
 

Résumé :french_manucure

L'une à la tête de sa petite entreprise, l'autre de sa famille nombreuse, la troisième riche divorcée et la quatrième actrice ratée, Clarisse, Jeanne, Noé et Gab, amies de toujours, se retrouvent une fois par mois autour d'un dîner fantasque. Trentenaires frustrées au bord de la crise de nerfs ou femmes combatives ? Siphonnées et craquantes à la fois, elles refont le monde, se déchirent, se consolent... Jusqu'au jour où Gab annonce qu'elle écrit un scénario à partir de leur histoire. Là, ça vire au drame.

Mon avis :

Comme je l'ai dit plus haut, ce n'est pas le premier livre de Géraldine que je lis. J'ai eu du mal à rentrer dans le livre, et puis, au fil des pages, on découvre les 4 personnages. Comme dans "desperate housewife" ou encore dans "Sex and the city", les 4 héroïnes sont très différentes les unes des autres, mais on se retrouve un peu dans 'lune , un peu dans l'autre. Chaque personnage du livre a ses côtés attendrissants, et ses côtés antipathiques. Dans ce livre, on voit bien le paradoxe de nos vies actuelles. Des trentenaires célibataires qui cherchent désespérément l'Amour avec un Grand A, mais qui revendiquent leur indépendance, ou alors des femmes qui ont mari et enfants, et qui n'en peuvent plus de voir leur vie se résumer aux couches, aux devoirs et au ménage, et qui voudraient sortir et vivre leur vie de femme.....  Est-ce que ça reviendrait à dire que l'on n'est jamais content de ce que l'on a ? On est célibataire, et on rêve de ne plus l'être. On est marié, on a des enfants, et on rêve de pouvoir partir seule, en vacances, de vivre une autre vie !

En commençant ce livre, je n'étais pas vraiment sure d'adhérer à l'histoire. Je pensais que c'était "une histoire" de plus sur 4 femmes différentes. et puis finalement, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce lire.

Les dialogues sont acérés, aiguisés, affûtés, les répliques sont cinglantes et fusent dans tous les sens! Ces quatre-là ne s’épargnent rien, s’aiment sincèrement et se retrouvent tous les mois chez l'une d'entre elles pour dîner et blablater. Et sous les réparties parfois assassines, parfois hilarantes, souvent désopilantes, toujours percutantes, sous les propos parfois très crus se cache un excellent roman sur l’amitié, sur les femmes, sur leurs attentes, leur condition, leurs frustrations, leurs envies, sur leur rapport à l’apparence, au sexe, au mariage, aux hommes, aux enfants.

Sur ce, je retourne à mes lectures de poulette !!!! Bonnes lectures à vous tous....