Résumé : papa

C'est l'histoire d'un papa singulier, racontée par son fils sur le mode de la simplicité et de la naïveté. Un papa qui est docteur dans une ville de province, qui soigne des gens qui ne le payent pas mais lui offrent toujours à boire ; un papa qui finit ses journées fatigué et saoul, plus porté sur la bouteille que sur l'ordonnance ; un papa qui se cache derrière le piano de son cabinet, blagueur insupportable, à la fois j'menfoutiste et irresponsable, distrait, oubliant sa voiture dans un champ de betteraves ; un papa colérique qui menace de tuer la maman, "pas méchant, seulement un peu fou quand il avait beaucoup bu. Il a jamais tué personne, mon papa, il se vantait".

Mon avis :

J'ai commencé ce livre juste après avoir terminé "où on va, papa?".... C'était probablement une erreur. Les deux livres n'ont absolument rien à voir. Comme l'auteur parle de son père défunt, je m'attendais à ressentir une certaine émotion comme dans le livre où il parle de ses fils handicapés.... Malheureusement, j'ai trouvé que c'était complètement loupé.

Il évoque, dans ce livre, une succéssion d'anecdodes sur son père médecin alcoolique. Chaque chapitre ne fait qu'une ou deux pages  et on a presque l'impression de découvrir des "titres" de livres pour enfants  (du genre : Martine est malade, Martine apprends à nager etc...) ex : Les bistrots de papa, Papa et le beurre fondu, Papa et le savon de Marseille, Le violon de papa, Papa parle latin   (non, non, je ne rigole pas....)

Le style d'écriture est très simple et se veut enfantin ; il néglige toutes les doubles négations : "il a jamais tué personne, mon papa", "il était pas fier"......"je respirais pas" etc....Certainement voulait-il, par ce procédé, décrire ce père au travers de ses yeux d'enfants. Mais je n'ai pas accroché. Je n'ai pas été émue par ce père médecin alcoolique, qui passe plus de temps au bistrot qu'à soigner ses patients. Je trouve la description de ce père à la fois grotesque et pathétique. Je n'ai pas ri, ni souri à la lecture du livre et n'ai pas été sensible à son humour grinçant, qui m'avait tant plu dans son livre "où on va, papa?". A quelques moments, j'ai pu sentir les blessures de l'auteur sur son enfance auprès de ce père si "original" mais il n'a pas réussi à m'émouvoir et j'ai eu un sentiment de livre "baclé", trop vite écrit, trop vite achevé, et pas assez approfondi. Dommage !!!