Jour 8 : lundi 3 novembre 2008

Voilà notre "Toukoul". Le Toukoul est l'abri des nomades Djiboutiens. L'armature est en bois souple et par dessus, sont étendus des nattes ou des tapis. C'est là que nous passons la nuit. Le toukoul est très rudimentaire : un lit et une lampe à pétrole..

Francis devant notre Toukoul

IMG_1343

Nous sommes réveillés par une pluie battante. Impossible dans ces conditions de partir visiter la forêt du Day.... Et la pluie a l'air d'être là pour un petit moment. Nous sommes dans la montagne.... Toute cette eau va redescendre et remplir les oueds.... Il devient urgent de rentrer. Nous anticipons de quelques heures notre retour sur Djibouti (ville) Au lieu de partir en début d'après-midi, nous levons le camp après le petit-déjeuner.

Nous partons donc sans voir la fameuse forêt du Day, dernière forêt primaire existante, et malheureusement en voie d'extinction.

Cette forêt mérite tout de même qu'on s'y attarde un peu.

D'abord, qu'est-ce qu'une forêt primaire? C'est une forêt où aucune trace d'activité humaine n'est visible et où les processus écologiques ne sont pas perturbés. Elle a toujours existé...

A 1 500 m d'altitude, le climat est sans doute le plus agréable du pays   (euhhhhhh, là, on n'avait pas remarqué, nous.....) Les nuages demeurent souvent à mi-pente du mont Goda, que coiffent les vestiges d'une forêt primaire (et ils sont même parfois un peu plus bas...hihihi) . Des genévriers géants, des acacias, des oliviers sauvages, ainsi que des jujubiers et d'autres spécimens d'une flore rayée de la surface de la terre couvrent une superficie de 3,2 km2 que l'on a érigée en parc national. Du fait de l'humidité à certaines périodes de l'année, les plantes et arbustes subsistent malgré le climat sec régulier du pays.

Bref, on aurait bien aimé voir ça, mais la pluie nous a "chassé"....Tant pis...

Nous reprenons donc la route direction Djibouti....Près du lac Assal, nous empruntons une piste pour nous rendre sur un volca : l'ARDOUKOBA.

Sur la route de l'Ardoukoba

DSC06441

A gauche, le sable ;  à droite, la lave

DSC06445

Avant de parler de l'Ardoukoba, il convient de préciser que cet endroit est situé sur une grande faille . La faille du Rift, ça vous dit quelque chose? Ah !!! La dérive des continents..... Chaque année, l'Arabie et une partie de la corne d'Afrique s'écartent du continent Africain de quelques centimètres. Le continent africain monte vers l'Europe, ce qui entrainera la disparition de la Méditerranée. Les scientifiques prévoient que dans quelques millions d'année (on a le temps...ouf), il y aura un océan aussi vaste que l'Atlantique à cet endroit.

A cet endroit, la croute terrestre est extrêmement fine. Il y a, à cet endroit, 3 axes d'écartement, mais le plus long et le plus connu, c'est le RIFT (qui veut dire "fissure", en anglais). Il va du Monzambique au lac Abbé.

La faille : elle fissure la route, et coupe le rocher en deux. Il s'écarte de plus en plus.

DSC06481

DSC06461

Avec les mouvements des plaques, il y a de nombreux séïsmes. En 1978, 800 séïsmes se sont produits et un vocan est brusquement apparu : l'Ardoukoba. Pour s'en approcher, on marche dans un immense champ de lave. On a l'impression de marcher au milieu d'un énorme brownie au chocolat noir.

Le champ de lave, avec le lac Assal, en fond

DSC06456

DSC06460

Et ce qui devait arriver, arriva. Les oueds sont gorgés d'eau...et la route est bloquée.  Qu'est-ce qu'un Oued, me direz-vous? Alors comme je suis convaincue qu'une vidéo vaut mieux que de longs discours, cliquez sur la vidéo ci dessous pour savoir ce qu'est un oued !

Il ne nous reste qu'à prendre notre mal en patience et à attendre que le niveau de l'eau redescende. Au départ, nous sommes tout seuls sur le bord de la route. Mais peu à peu, attirés par la curiosité et par "l'évènement", les habitants du coin (je rectifie ma faute de frappe, Jéjé.....C'était une belle coquille !) se rassemblent . Alors? Va-t-on passer? Va-t-on rester bloqués? Nous n'avons presque plus d'eau, et pas de nourriture. Nous aurions peut-êtredû embarquer quelques restes de spaghetti....

Réponse en image !

Quelques images complémentaires de ce moment. Je suis vraiment très contente d'avoir vécu un évènement comme celui là ... C'était stressant, mais exitant !!!!

DSC06484

L'eau qui descend de la montagne : impressionnant, non?

DSC06502

Que faire? Nous sommes perplexes!

IMG_1383

Mais pas trop angoissés....

DSC06496

Une piscine improvisée?

DSC06507

Ouf! Nous sommes passés... Une fois de l'autre côté de la route, sommes-nous pour autant "sortis d'affaire"? Réponse en image.

Quelques dizaines de kilomètres plus loin :

DSC06525

Puis encore quelques kilomètres plus loin :

DSC06526

IMG_1412

Sur la route, nous retrouvons nos amis les "culs rouges"

IMG_1406

La voiture de Jéjé, à l'arrivée

DSC06532

3 oueds plus tard, nous voilà, donc, de retour à Djibouti. Ces 5 jours dans le pays ont été absolument FANTASTIQUES.... Nous sommes ravis, mais bien fatigués. Si, si... Nous sommes fatigués..... Pas question, ce soir de faire la cuisine... Direction un resto spécial langouste.. Miam.... Les photos se passent de commentaires...

IMG_1438

IMG_1439

IMG_1443

IMG_1444

ET voilà comment se termine sur une touche gourmande notre 8ème journée...Que du Bonheur !!!!